1. Autorité

1. Autorité

RESUME

Une des principales plaintes des enseignants est l'indiscipline des élèves. Au delà de quelques exemples violents, c'est surtout la répétition de comportements moins graves mais nuisibles au travail, qui minent l'enseignement et la santé des professeurs. Ce problème est fortement corrélé au manque de motivation des élèves qu'il est épuisant de faire avancer malgré eux (thème traité dans une page spécifique).

La cause majeure de l'indiscipline est une mauvaise éducation donnée par la famille et par l'école. Après l'apparition de la pilule contraceptive, les enfants furent majoritairement désirés et raréfiés (avec une faible mortalité infantile). Face à un adulte demandeur qui n'ose plus dire non, de peur de perdre l'amour de son protégé, l'enfant-roi tout puissant est né. Cette société post-soixante-huitarde où il est devenu interdit d'interdire, s'est mutée en société consumériste du "tout, tout de suite" et de l'insatisfaction perpétuelle (il me faut toujours posséder plus pour être heureux).

L'élève difficile type est un enfant-roi qui ne supporte aucune frustration, donc aucun travail (scolaire) laborieux. Ce manque de cadre est très insécurisant pour lui, alors il se sécurise (faute de mieux) en cherchant les limites, en étant réfractaire, indiscipliné, voire violent, bref, tout-puissant. Plus le cadre est flou et inexistant, plus l'élève devient violent. Par exemple, certains films et certains jeux vidéos banalisent des violences extrêmes, présentées comme admises, normales.

Un enseignant usé par l'indiscipline continuelle, n'apprécie plus de donner cours. Les élèves le sentent, ce qui les pousse à plus de démotivation et d'indiscipline dans un cercle vicieux.

Dans son mouvement de massification de l'enseignement, le politicien-bienfaiteur rêve d'une école en totale opposition au maître castrateur et autoritariste. Un angélisme généralisé contribue alors à couper sciemment une part d'autorité des enseignants totalement ébranlés dans leur verticalité. Sont-ils copains avec les ados pour apprendre main dans la main, ou sont-ils des adultes cadrants offrant de solides repères à un adolescent en pleine mutation débordante, pulsionnelle?

L'indiscipline commence presque toujours par de très légères transgressions telles que des murmures. Un enseignant copain en mal d'affection et de reconnaissance se dit que ce n'est pas grave. A partir de là, il est pris dans une sournoise escalade où il finit par menacer souvent mais sans sanctionner, ce qui le décrédibilise. Quand plus tard il sanctionne, cela ne fonctionne pas (car les sanctions molles ou tardives sont inefficaces), et il en vient à penser que sanctionner est inutile. Du coup il ne sanctionne plus. Une sanction n'est-elle pas un échec éducatif, se dit-il? Il ne lui reste plus qu'à tenter la séduction, avec l'effet de renforcer l'élève dans son rôle d'enfant-roi.

Alors que l’autorité est affaire de cohérence, la compartimentation n'a jamais été aussi forte:

  • les parents, qui ont mis leur enfant sur son trône royal, ne peuvent que contester les décisions des enseignants (pourquoi se mettraient-ils subitement à contester leur enfant?);
  • le directeur de l'école, soucieux de satisfaire les désirs de ses clients (enfants et parents) dans le quasi-marché scolaire, ne soutient pas fermement l'enseignant;
  • au secondaire, les enseignants d'une même classe sont peu polyvalents, donc nombreux, et sont séparés les uns des autres par l'horaire.
  • l'enseignant attribue parfois l'indiscipline de ses élèves à son incompétence, ce qui le retient d'en parler avec ses collègues.

Une sorte de fatalité s'est installée. C'est la faute des parents, donc on n'y peut rien, se dit l'enseignant.

Heureusement, le cerveau des adolescents possède encore une grande plasticité et un renversement de situation est possible. Des enseignants et des spécialistes ont permis à des classes et à des écoles de retrouver un climat de travail sain. Cela peut se faire en deux à trois mois pour une équipe d'enseignants convaincue et déterminée.

Il faut d'abord faire accepter le règlement par les élèves. C'est plus important que de les faire participer à son élaboration. Aucun système de règle ne fonctionne sans sanction.

Les jeunes sont majoritairement en demande de plus d'autorité, tant au sein de leur famille qu'au sein de leur école.

Une bonne sanction est dissuasive, éducative et structurante. Elle permet à l'enfant d'élaborer sa culpabilité pour s'en délivrer. Au contraire, une punition cherche à faire souffir le coupable et est nuisible à l'autorité. Un arbitre de foot lorsqu'il fait respecter les règles sanctionne, il ne punit pas.

L'autorité est un art: certains sont naturellement plus doués que d'autres, mais elle s'acquiert.

L'autorité c'est la combinaison de la sanction et de la relation. La relation doit être bienveillante mais verticale et ne peut pas se tisser au détriment de la sanction.

Certaines pédagogies ne conviennent pas aux élèves indisciplinés, selon le stade où ils sont. L'Etat ne peut donc pas "décréter" l'une ou l'autre pédagogie, au risque qu'elle soit inadaptée à certaines situations et empire les choses.

Certains cas d'indiscipline ne peuvent être gérés au sein de la classe. L'enseignant doit pouvoir exclure l'élève vers une structure au sein de l'école chargée de "rééduquer l'élève", c'est-à-dire de l'isoler, de lui faire prendre conscience des troubles qu'il cause, lui permettre de se ressaisir loin du regard de ses pairs. Bien gérés, de tels dispositifs se sont montrés très efficaces dans des environnements extrêmes (tels que des maisons de correction).

L'élève (généralement âgé) pour lequel on n'a plus d'espoir de scolarisation, ou qui montre un exemple nuisible aux autres (tel qu'un dealer), doit pouvoir être écarté de l'école; de toutes les écoles, pas juste échangé entre écoles.



ARTICLE

Je plaide pour une idée qui m'est chère: "réinstitutionnaliser" l'école. [...]
Dans bien des cas, on ne sait pas ce qu'on fait là ensemble. [...] C'est le cas de certains collèges (secondaire inférieur) devenus de véritables halls de gare dans lesquels se déplacent, au rythme des sonneries, des coagulations d'élèves indifférenciés qui n'enlèvent même plus leurs blousons quand ils entrent en classe et ne griffonnent que quelques vagues notes sans même poser leurs sacs par terre! Bien sûr, ce n'est pas partout ainsi, heureusement... En revanche, on trouve bien, partout, la fragmentation de l'emploi du temps, la dissolution des responsabilités, l'absence de rituels collectifs.

Un pédagogue dans la Cité - Conversation avec Luc Cédelle – Philippe Meirieu – 2012

Il est clair que dans trop d'écoles, la principale motivation des élèves est d'y retrouver leurs copains. Mais ils n'ont pas de projet commun avec ceux-ci et leurs enseignants, de projet qui soit porteur de sens. C'est ce qu'on appelle l'école garderie, ou hall de gare. Forger un sens, une raison qui les faits se lever le matin et rester un peu plus tard le soir, ne peut se faire que via de multiples changements qui, ensemble, font sentir à l'élève qu'il s'agit de "son" école dans laquelle il a un rôle enviable et reconnu. Parmi ces changements, on retouve: l'autonomie des écoles, la stabilité de l'équipe enseignante, le travail en équipe des enseignants, la pédagogie active (par projet complexe, ambitieux et porteur de sens), une moins grande multiplicité des enseignants pour chaque élève, une implication des élèves dans la gestion de l'école (dans son entretien, dans la cantine, dans une partie de son fonctionnement administratif/décisionnel), un écartement des plus perturbateurs, etc.
On peut voir sous l'angle et de l'autorité et de la motivation, presque la totalité des sujets abordés sur ce site et des réformes possibles de l'institution scolaire.

Il n'est et ne peut pas y avoir d'éducation sans autorité.

Un pédagogue dans la Cité - Conversation avec Luc Cédelle – Philippe Meirieu – 2012


SOUS-ARTICLES
  • a. Climat indisciplinairepublié
    Quels sont les types d'indiscipline dans nos classes? Quelques témoignages d'enseignants et une petite analyse nous montrent que c'est plus la récurrence que la gravité des faits qui use notre système scolaire.
  • b. Causes de l'indisciplinepublié
    Les causes de l'indisciplines sont innombrables, même si le "laisser faire" est au centre de beaucoup de ces causes. L'échec scolaire (et toutes ses causes), ainsi que la motivation sont centraux également.
  • c. Autoritarismepublié
    L'autorité peut devenir humiliante et vide de sens. Un enseignant qui ne joue que la carte de l'autorité sans nouer de relation avec ses élèves obtient la crainte plutôt que le respect; et la crainte est moins durable.
  • d. Définition du laxismepublié
    Le laxisme éducatif est un manque de cadre, de limites, qui affaiblit la capacité de frustration. Le laxisme, c'est préparer l'enfant à refuser la rigueur du travail scolaire et des compromis du vivre ensemble.
  • e. Laxisme nuisiblepublié
    Le laxisme comporte beaucoup de formes et génère des enfants rois, perpétuellement insatisfaits et incapables de fournir des efforts (scolaires). Le laxisme est nuisible à la personnalité de l'enfant, à ses apprentissages et à la dynamique de groupe.
  • f. Causes du laxismepublié
    Une mutation de société récente (pilule contraceptive et autres) a fait que les enfants sont désirés. L'adulte qui a peur de ne pas être aimé hésite à imposer des limites et à sanctionner. Certains professionnels ont même proposé une croissance "à l'amour", sans éducation. Beaucoup d'enseignants associent à tort sanction avec imcompétence pédagogique.
  • g. Verticalitépublié
    Trop d'enseignants répugnent à adopter une position verticale, pourtant sécurisante et demandée par les jeunes. Dans un fantasme égalitariste, ils traitent les enfants comme des adultes, comme des copains, et perdent leur autorité statutaire.
  • h. Apprendre l'autoritépublié
    Tout comme la musique, il vaut mieux être doué d'une autorité naturelle. Mais cela peut s'apprendre laborieusement. Il est important de tout faire pour faciliter cet apprentissage aux enseignants actuels.
  • i. Responsabilité collectivepublié
    L'autorité ne se joue pas à un enseignant contre trente élèves. C'est l'affaire d'une équipe cohérente face aux élèves; sinon ces derniers divisent pour régner.
  • j. Recadragepublié
    Il est possible de recadrer une classe très difficile en deux ou trois mois, avec une équipe d'enseignants soudée et déterminée.
  • k. Relationpublié il y a 4 ans 6 moiss
    L'autorité s'obtient par une combinaison de sanction et de relation. Pour être respecté, il est indispensable de s'intéresser à l'élève et à ce qu'il ressent.
  • l. Sanctionpublié il y a 4 ans 6 moiss
    Les enseignants sachant sanctionner justement et efficacement sont trop peu nombreux. On confond encore trop sanction éducative et punition humiliante.
  • m. Exclusionpublié il y a 4 ans 6 moiss
    Dans l'escalade des sanctions, l'exclusion scolaire est la dernière étape. Il vaut mieux exclure de la classe mais traiter l'élève exclu dans l'école, qu'exclure de l'école. Par contre il faut pouvoir exclure de l'école les cas les plus graves après 16 ans, plutôt que contraindre les écoles à s'échanger des voyous.
  • n. Violencepublié il y a 4 ans 5 moiss
    L'école est le lieu d'une violence de répétition, d'obstruction aux cours, de racket, de bagarres, de harcèlement. Ce comportement addictif aide à supporter l'humiliation de mal participer à la réussite scolaire. La société propose beaucoup d’incitants à la violence, tels que l’appât du gain (vols, trafic), la télévision, des familles colériques, etc. L'instruction (le développement des lobes frontaux) fait baisser la violence.
  • o. Absentéismepublié il y a 4 ans 5 moiss
    L'absentéisme commence par l'ennui aux cours, puis par le brossage de certains cours pour se terminer par un décrochage scolaire. Un bon fonctionnement de l'école réduit l’absentéisme, en particulier des exigences strictes et une implication maximale des parents.
  • p. Règlementpublié il y a 4 ans 5 moiss
    Enseigner la citoyenneté en faisant participer les élèves à l'élaboration du règlement est bénéfique ... tant que cela ne se fait pas au détriment de l'acceptation des règles, qui est un apprentissage plus fondamental encore.
  • q. Uniformepublié il y a 4 ans 5 moiss

  • r. Pédagogie cadrantepublié il y a 4 ans 4 moiss
    La mauvaise pédagogie au mauvais moment avec les mauvais élèves peut vite renforcer l'indiscipline.